Non! Je n’ai pas l’intention de faire le procès des sportifs qui abusent des drogues. Pas que ça n’existe pas. Bien au contraire. Malgré tous les efforts, il est possible et même probable que des joueurs de hockey (comme ceux de nombreux autres sports) utilisent des drogues pour augmenter leur poids, leur musculature, leur vitesse, leur endurance, etc., ignorant (souvent consciemment) les tragiques conséquences de leurs gestes.

S30 en prol. : Le hockey mineur en eau trouble


Non! Ce n’est pas à ce genre de drogue auquel je pense. En fait, l’idée m’en est venue en lisant un article consacré à Peter Budaj, le gardien qui seconde Price. On lui demandait s’il accepte volontiers son rôle avec le Canadien. Un rôle beaucoup plus effacé que ce qu’il a connu dans la ligue nationale jusqu’à son arrivée à Montréal. Le gardien slovaque a gardé les buts plus de 40 matchs l’an dernier au Colorado. Il a répondu qu’il savait ce qu’il faisait en acceptant ce contrat et qu’il savait qu’il jouerait moins. Comme si ça ne le dérangeait pas. Or, il est dans la force de l’âge pour un gardien. Il n’a que 29 ans et est au sommet de sa forme.

ContentId(3.1220364):Souvenirs du combat Ott c. Beaulieu
bellmedia_rds.AxisVideo



Et c’est là que j’ai eu un doute. Je me souviens d’avoir demandé à Martin Biron, qui a longtemps gardé les buts pour les Sabres de Buffalo avant de passer au Flyers de Philadelphie, et maintenant au Rangers, si un gardien acceptait facilement d’être le deuxième. Sa réponse a été claire. Selon lui, à moins d’être en toute fin de carrière, aucun joueur ne veut passer son tour. Un gardien souhaite toujours être devant le filet et y rester. On se prépare pour ça, ajoutait-il. En fait, quand un gardien de but, comme n’importe quel autre joueur, accepte de ne pas être utilisé, il n’avance plus, ne progresse plus. Or, en sport comme dans d’autres domaines, quand on ne grandit pas, on recule.

Le seul exemple qui m’a été conté qui ne va pas en ce sens vient d’une discussion avec Ken Wregget alors qu’il était avec les Pinguins de Pittsburgh. Il me disait avoir, quand il était jeune, demandé à son père si le gardien, qui restait sur le banc et qui ne faisait rien, était payé. Quand son père lui a expliqué qu’il recevait effectivement son salaire, il a dit que c’est ce poste qu’il voulait avoir quand il serait grand, Bien sur, il s’agissait d’une boutade.

ContentId(3.1232347):Danemark 3 - Allemagne 2 (Prolongation)
bellmedia_rds.AxisVideo



Parce que jouer au hockey est, en soi, une drogue. Ils sont très rares ceux qui peuvent arrêter facilement d’y jouer. Je joue au hockey 3 fois par semaine et j’en ai rencontré des centaines qui, comme moi, ont la passion du hockey et qui ne manquent jamais une partie. Semaine après semaine ils sont au poste. Il y a des milliers d’équipe de garage au Québec et j’ai bien l’impression que dans chacune d’elles tous les joueurs sont accrocs.

Quand un joueur professionnel est blessé et tenu à l’écart de la glace pendant une certaine période, la première chose qu’il dit c’est qu’il n’en pouvait plus d’être loin.

Quand on demande à un joueur si son entraîneur lui donne suffisamment de temps de glace, vous en connaissez beaucoup qui disent qu’ils sont utilisés au maximum de leur possibilités?

Comme nous, ils en veulent toujours plus. Parce que le hockey est une « drogue ». (Et c’est certainement vrai pour d’autres sports et leurs passionnés). Alors quand j’entends un joueur qui dit se satisfait de son rôle, j’ai un doute. En fait, Budaj fait, contre mauvaise fortune, bon cœur, et « doit » accepter son rôle. Ce qu’il fait en professionnel. Mais s’il le pense vraiment quand il dit qu’il est content de son utilisation, c’est qu’il n’a plus le feu sacré. Ce que je ne crois pas.

Et c’est comme ça qu’ils doivent toujours être : affamés de jouer. Il le faudra d’ailleurs parce que ce mois de novembre qui commence, ce ne sera vraiment pas de la tarte. L’horaire est un peu fou avec 14 matchs en 30 jours. Quelque soit votre calcul, ce n’est pas loin d’une partie aux deux jours. Alors tant mieux s’ils aiment ça et s’ils veulent toujours en avoir plus…

Mais vous, croyez-vous qu’un joueur est heureux en se contentant de quelques rares apparitions ou en gardant les buts un match sur dix? Croyez-vous que Scott Gomez accepterait facileme